A la découverte des îles chocolat

Du 9 au 11 novembre, la Cité internationale de Lyon a accueilli un évènement très gourmand : le Salon du Chocolat.

Durant 3 jours, des exposants venus des quatre coins du monde (Afrique, Amérique Latine,…) mais aussi de nombreux artisans locaux (Lyon, Voiron,…) étaient présents. Sur les stands, des montagnes de chocolat rivalisaient d’audace avec des friandises telles que le nougat et la guimauve. Mes papilles en éveil ont pu apprécier un délicieux chocolat à l’huile d’olive mais aussi un surprenant chocolat à l’huile essentielle de thym.

Jean-Pierre Bensaïd, consul de la république démocratique de Sao Tomé & Principe, deux îles situées au large du golfe de Guinée et ses collaborateurs, à répondu à mes questions.

Jean Pierre Bensaïd, qui êtes-vous ?

Nous sommes un organisme qui permet aux petits producteurs des îles de Sao Tomé et Principe, de vendre leur chocolat par le biais d’un commerce solidaire.

Quelle est l’histoire des îles Sao Tomé & Principe?

Les îles Sao Tomé et Principe ont un autre nom très évocateur : Les îles Chocolat. Un surnom gourmand qui atteste de l’importance et de la qualité du cacao santoméen. En effet l’île de Principe est la première terre d’Afrique où furent plantés, en 1822, des cacaoyers apportés du Brésil comme plante ornementale, par les colons portugais.

Quels produits proposez-vous ?

Notre chocolat est un chocolat noir à 70 %, pur origine. Cela signifie que ce chocolat est entièrement produit à base d’un seul et même cacao, contrairement à de nombreux chocolats qui sont un assemblage de plusieurs cacaos.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre démarche ?

Tout d’abord nous voulons, par le biais de notre organisme, faire connaître les îles Sao Tomé & Principe qui sont un réel petit bijou. Notre objectif est d’importer leur chocolat d’une grande qualité et de le faire connaître auprès des professionnels mais aussi du grand public. Nous accordons une grande importance aux petits planteurs de cacao de São Tomé & Principe, en consacrant, chaque année, 5% de notre volume de ventes à des actions solidaires. Elles permettront aux petits planteurs santoméens de passer du simple stade de la culture et de la récolte, à celui de la transformation, leur assurant ainsi une meilleure rémunération et des conditions de travail bien meilleures.

Jean Pierre Bensaid et les élèves de Tunon Lyon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s