Périple gourmand croquant à la capitale (1ère partie)

Il y a des gens qui s’offrent des vacances loin de la grisaille hivernale, au soleil, au chaud … Là où on sirote un cocktail, les doigts de pieds en éventail comme ils disent ! Nous, non … Nous on affectionne particulièrement notre cher pays maussade et stressant. Et quoi de plus maussade et stressant que Paris ? Non, non vraiment dîtes moi. On a beau adorer cette ville, il faut le dire, elle est épuisante. Bref, nous avons choisi Paris pour notre escapade gourmande. Assez logique en fait, car Paris a des défauts mais elle a également de grandes qualités. Paris est un labyrinthe de surprises, et nous ce que nous voulions c’était cela : revenir heureux d’avoir fait toutes ces bonnes découvertes. Allié de taille durant ce périple : notre sainteté Le Fooding. Ô Grand Fooding, merci pour toutes ces bonnes adresses, tes fidèles te remercient du fond de leurs estomacs. Fini la prière et place au récit !

1er jour (soir en fait) : Nous avons diné, non loin de notre pied à terre, au restaurant L’Ogre, situé dans le 16ème arrondissement. Ce restaurant est tenu par une équipe de bons vivants, dynamiques et souriants. Et pour commencer notre escapade parisienne, cela nous a fait grand bien. L’Ogre, comme son nom l’indique, ne fait pas de chichi mais proposent différents plats de viandes triées sur le volet accompagnées d’une carte des vins aux petits oignons. Pour les addicts de la cigarette, vous aurez le plaisir de trouver un fumoir directement dans le restaurant (très bien isolé je vous rassure). Et puis quitte à se griller quelque chose, regardez donc plutôt leur cave à cigares ! Bref, un bon dîner autour d’une bonne bouteille, qui plus est avec vue sur la Tour Eiffel. Grand merci à Enzo, le directeur de salle, pour ce délicieux Givry 1er cru.

2ème jour : Après un repos bien mérité, nous nous sommes dirigés vers le quartier du Marais/Juif, en quête de l’incontournable L’as du fallafel. Incontestablement pour moi le meilleur sandwich fallafel qu’il m’ait été donné de manger. A chaque visite parisienne, j’y vais et je n’ai jamais été déçue. Alors oui le service n’est pas des plus aimable, et il faut un peu se dépêcher lorsqu’on a terminé notre assiette mais c’est le jeu ! Conseil : arriver avant 12h30 sinon c’est le rush et la queue qui vous attendent. Point ++ pour leur jus de carotte frais archi délicieux.

Le soir, nous avons diné tard chez Vivant Cave. Alors comment dire … Vivant c’est … vivant. C’est à la bonne franquette et si tu t’appelles Michel, tu peux être sûr de te faire pote avec le gars du bar. Non pour de vrai Vivant c’était chouette. Des bons petits plats avec des bons petits vins natures ou pas. Des assiettes chinées voire vraiment moches dans lesquels sont servis des mets savoureux. Ce soir là nous avions opté pour un tartare de chinchard, très bien assaisonné et d’une belle fraîcheur, des pâtes au beurre blanc et poivre parfumé, une tuerie maxi easy et un plat à base de chou brûlé, mozzarella fumée et poireaux qui était également très bon. Les prix sont toutefois un peu élevés compte tenu du service quasi inexistant et de la simplicité des plats. On y retournera, mais plutôt dans leur resto Vivant juste à côté. Bref, une bonne soirée, un peu à l’arrachée ! 60 euros à deux pour trois plats (petites portions), et deux verres de vins.

3ème jour : La veille, nous étions passés devant chez Abri … malheureusement c’était complet comme nous nous en doutions. Du coup nous avions réservé pour le lendemain, au déjeuner. Le soir, il y a parfois jusqu’à un mois d’attente pour pouvoir y diner. Le restaurant est invisible de l’extérieur, merci donc à notre GPS sans qui nous aurions tracé notre chemin.

IMG_3834

En effet, pas d’enseigne extérieure ou lumineuse pour Abri. A vrai dire, ils n’ont pas besoin de ça pour remplir leur restaurant. L’endroit est charmant, petit, discret et en même temps chaleureux. Un petit abri comme on les aime en somme ! La cuisine est ouverte mais on n’entend pas un bruit. Ah la discrétion des japonais, on devrait prendre exemple sur eux parfois.

IMG_3844

Le menu déjeuner est un menu surprise comme pour celui du soir. Deux entrées, un plat (viande ou poisson) et un dessert, et tout cela pour 25 euros. Wahouh ! Le repas commence donc par un magnifique carpaccio de bar et daikon, assaisonné de menthe. Le plat est frais et l’assaisonnement parfait. Les goûts sont à la hauteur du visuel si élégant.

IMG_3831 IMG_3832

Pour la deuxième entrée, nous avions du pouple grillé avec une salade de lentilles, pousses de chou et une émulsion de chorizo. Cuisson du poulpe comme je l’aime, c’est à dire ferme, et l’association chorizo/poulpe était délicieuse.

IMG_3837

Vient ensuite le moment des plats, je choisis le poisson et mon amoureux la viande. Pour moi : cabillaud, mousseline carottes et crème légère au comté et pour Clément : Veau de lait, oignon brûlés, épinards et grenailles. Verdict : plats simples mais goûteux. Le produit pour le produit !

IMG_3838 IMG_3839

Au moment du dessert, je me rappelle que j’ai omis de dire que je n’aimais pas trop le chocolat … Zut alors ! Les desserts arrivent et pas loupé, c’est du chocolat … mais quel chocolat ! J’ai tout mangé, un vrai délice. Cette tarte au chocolat était parfaite. De quoi me réconcilier avec lui !

IMG_3843

Déjeuner terminé alors que dire … Impressionnant, délicieux, qualitatif, rapport qualité-prix incroyable … Alors courez y tant qu’il est encore temps. Abri c’est fou, Abri c’est doux !

ABRI
Métro Poissonnière
92 Rue du Faubourg Poissonnière, 75010 Paris
01 83 97 00 00

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s