Périple gourmand croquant à la capitale (2ème partie)

En espérant que vous avez apprécié le premier épisode de mes péripéties gourmandes et parisiennes. Comme toute bonne série voici le deuxième épisode après une longue semaine d’attente. Héhé. Alors reprenons là où je vous ai laissé.

4ème jour : Après une lourde déception, la veille au soir dans un restaurant (si on peut appeler ça un restaurant), bref un lieu dont je ne citerais pas le nom (je ferais un article prochainement sur les horreurs que l’on peut trouver à travers la France, car je suis très très agacée). Il me fallait donc un endroit réconfortant pour dévorer un bon déjeuner. Nous avions longuement entendu parler de Frenchie et Frenchie to Go, situés rue du Nil à Paris. Nous arrivons donc avant le coup de feu, chez Frenchie to Go, vers 12h. L’endroit est charmant et me fait penser aux bars à café que l’on voit dans les séries américaines. Les derniers clients du petit déjeuner dégustent avec entrain leurs oeufs Bénédicte. La cuisine est ouverte et nous avons une vue sur tous les ingrédients faits maisons que proposent Frenchie tels que la Smoked meat, les saucisses à hot dog, le bacon … Nous commandons donc les sandwichs home made de la carte. Je choisis le « Pastrami on rye » because I love so much le Pastrami, et mon ami lui prend un sandwich au Pulled pork et betterave. Concernant les boissons, nous optons pour une Ginger beer maison et une bière Craig Allan. Nos plats arrivent et nous nous jettons dessus. Le Pulled pork était fameux, le pain brioché moelleux à souhait et l’association porc betterave était vraiment sympathique. Pour ce qui est de mon sandwich, je vous avoue que j’ai été un peu déçue. En effet, j’ai mangé des sandwichs à la smoked meat vraiment meilleurs à Montréal. La smoked meat était un peu sèche et pas assez gouteuse et il n’y avait pas assez de pickles pour relever le tout. C’est vrai qu’avec la réputation qu’à Frenchie to Go, je m’attendais à mieux. Idem pour les frites … Elles étaient bonnes, certes, mais de taille minuscule donc impossible à manger. C’est dommage ! Enfin, pas d’inquiétude j’y retournerais, mais à côté chez Frenchie.

IMG_3849 IMG_3852

L’après-midi, les grands magasins m’ont donné faim. Il fallait absolument que je comble ce petit creux avec quelque chose de doux pour satisfaire mon petit estomac. Nous étions au Printemps Haussman dans leur boutique noire et là … le saint Graal m’est apparu : une boutique éphémère CIEL était installée, là devant moi. C’était un signe ! Me voilà donc partie avec ma jolie boîte contenant mon précieux, sous le bras. Alors comment c’était ? C’était doux, c’était mou, c’était fluffy, c’était acidulé, c’était fruité, c’était épicé … J’ai adoré ! J’étais certaine que ces pâtisseries allaient me plaire, et bien je ne me suis pas trompée. CIEL, c’est vraiment tout ce que j’aime dans la pâtisserie. Léger, frais et savoureux.

IMG_3846

Le soir, et pour terminer cette journée en beauté, nous avions rendez-vous au restaurant SATURNE. Il est important de réserver plusieurs jours voire semaines à l’avance pour pouvoir y dîner. Le restaurant est presque caché dans une petite rue, à côté du métro Bourse. A l’intèrieur, une immense cave-bibliothèque vitrée vous accueille ainsi qu’une belle ouverture sur les cuisines et leur petit monde qui s’agite. Le lieu est, il faut le dire un peu select, on sent bien que le restaurant a fait ses preuves et que désormais il est bien connu de certains milieux. Bref, je reviendrais sur ce point qui m’a un peu chagriné. Juste un peu. Saturne fonctionne avec un menu surprise à 65 euros. Deux entrées, un poisson, une viande et deux desserts … Oui, oui tout ça ! Mais pas de panique, les portions sont parfaites pour pouvoir apprécier le plat sans que cela soit trop. Nous avons donc pris deux menus ainsi qu’un accord vins à partager (l’accord est à 60 euros pour 6 verres de vins/alcools). La première entrée fut une huître d’Utah Beach, gelée de cresson, fromage frais et poire : l’ensemble était frais, iodé et rafraichissant. Parfait pour se mettre en appétit.

IMG_3856

La deuxième entrée : St Jacques, pistaches et kale était décevante … Les St Jacques étaient excellentes mais la pistache n’apportait rien de bon au plat.

IMG_3859

Le plat de poisson était quant à lui délicieux. C’était un poisson blanc servi avec un jus de coquillages, ainsi qu’une crème et chips de topinambours. Les produits étaient très frais et de grande qualité.

IMG_3862

Pour la viande, nous avons eu de la biche fondante à souhait, accompagnée d’endives braisées et de mandarines brûlées. L’ensemble était très harmonieux et la cuisson de la biche parfaite.

IMG_3867

Enfin les desserts, ma partie préférée de ce dîner chez Saturne. J’ai été agréablement surprise, moi qui suis plutôt salé d’habitude, par la qualité de leurs desserts. Le premier dessert s’articulait autour du yaourt, de la physalis et d’un crumble acidulé. C’était un délice. Une belle acidité, des textures intéressantes … et tout ça avec presque rien. En fait ce ne sont pas de vrais desserts et c’est cela qui me plait je crois !

IMG_3881

Pour terminer, ayant spécifié en début de repas que je n’aimais pas le chocolat, j’ai eu le droit à un Mont Blanc revisité. Houuu comme j’ai eu raison ! J’ai donc fini mon dîner chez Saturne avec ce dessert qui m’a comblé. C’était gourmand, crémeux, on sentait le bon goût de la châtaigne et j’ai véritablement adoré.

IMG_3883

Voici le menu en détails ainsi que l’accord mets et vins qui nous a été proposé :

Huître Utah beach, poire et navet de pardailhan / Brin gourmand, Anjou 2011, Jérôme Lambert ( Chenin)

Saint Jacques de la baie de Seine, pistache, chou kale / Bild & Leon, Alsace 2010, Bruno Schueller ( Pinot gris)

Merlan de ligne de Saint Jean-de-Luz, moules, chou fermenté & bière, topinambours et hélianthis / Saint Véran, Mâconnais 2011, Pierre Boyat (Chardonnay)

Dos de cerf de chasse fumé au sarment de vignes, courge butternut & moutarde, clémentine brulée & endive / Rosso, Gradoli Italie, Le Coste 2010, Gianmarco Antonuzzi. ( San Giovese )

Physalis, sorbet yaourt, faisselle & oxalis / Jauni Rotten, Auvergne 2011, Pierre Bauger (sauvignon)

Chocolat chaud, glace sarrasin & crémeux au foin, noisette & crumble cacao / Elijah Craig, Bourbon Whiskey 12 Years OLD, Kentucky Straight

IMG_3886

Alors oui, il faut aller chez Saturne ! La clientèle est un peu cul serré voire même désagréable mais une fois que les plats arrivent et que les serveurs auront compris que vous n’êtes pas comme ceux d’à côté, vous passerez un très bon moment. Mention spéciale pour leurs vins extraordinaires !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s