Linguine à la sardine

Et voilà, nous y sommes ! J’ai posé mes valises pour quelques temps à Montréal. Une ville que j’avais par ailleurs adoré lorsque j’étais venue en 2013, dans le cadre d’un stage de fin d’études. Je suis donc de retour sur le sol québécois, la tête pleine de projets et motivée comme un caribou face à l’hiver qui s’en vient. Ostie, il se pourrait que je reprenne les expressions québécoises rapidement. Je vous demanderais donc d’être tout à fait indulgent face ma bipolarité québécoise. Haha.

Mais trêve de bavardages, je viens aujourd’hui en bonne citoyenne du monde vous présenter ma délicieuse recette de Linguine à la sardine, et pas que. En effet, étant d’une humeur plutôt écolo/recyclo/gourmande, il y a un truc que j’aime par dessus tout : c’est régaler mes convives avec trois fois rien ! 

Je suis certaine que vous vous êtes déjà sentie proche de la dépression gustative face à votre frigo vide et votre estomac affamé. Quelle terrible douleur que d’avoir faim, sans pouvoir se mettre quoi que ce soit sous la dent. Alors avant, de vous ouvrir les veines avec un couteau mal aiguisé, qui en plus de ne pas vous tuer sur le coup, vous pousserait vers une mort lente et douloureuse, je vous propose de réfléchir (un peu) à ce que vous pouvez faire avec rien. Oui, oui c’est possible ! 

13511615_10154327867764686_1514755578_n

  • Dans une poêle, faire revenir à feu doux les oignons nouveaux émincés, la gousse d’ail écrasée, avec les olives vertes et les câpres hachées dans un filet d’huile d’olive. Une fois ce joli petit monde revenu, ajouter la boite de sardines à l’huile et la chapelure. Faire croustiller tout ça pendant 5 minutes à feu moyen/fort.
  • Pendant ce temps, faire bouillir un grand volume d’eau salée et y faire cuire les linguine « al dente ».
  • Lorsque les linguine sont prêtes, les ajouter à la gremolata de sardine. Ajouter un bon filet d’huile, le jus d’un citron jaune ainsi que la moitié du zeste, du persil haché, et du piment d’Espelette. Bien mélanger le tout.
  • Servir avec une bonne portion de Parmegiano Regiano fraîchement râpé.

13511460_10154327867829686_1540992939_n

Alors c’est pas un peu l’Italie là. 

Par ailleurs, vous pouvez ajouter à cette recette des pousses de navets. Un peu de beurre dans une poêle, deux grosses poignées de pousses et le tour est joué. C’est très bon, légèrement piquant et amer ! Alors maintenant, ne les jetez plus et gardez les pour vos soupes, lasagnes et autres salades de pousses.

 

Quesadilla Bonita

L’été semble avoir posé ses baggages depuis quelques jours à Brisbane et nous n’allons pas nous en plaindre. Quoi que. Haha. J’avais oublié quelle sensation cela faisait d’avoir chaud, genre très chaud. Ici en Australie, les températures ne rigolent pas et le soleil non plus. 36 degrés, grosse chaleur quand même, m’voyez ?! Bien évidemment qui dit chaleur, dit plus trop envie de manger des gratins. Et oui, on range les patates et les plats en sauces, et on dit bonjour aux grosses salades bien fraîches et à la mauresque glacée. Nous ne perdons pas nos bonnes habitudes, je vous rassure. Même loin de notre petit pays, nous pensons fort à lui et la Mauresque est, bien entendue, une inconditionnelle des apéros réussis. Et comme un apéro ne se fait jamais sans un petit quelque chose à grignoter, je vous propose aujourd’hui une recette muy facil pour se lécher les babines en sirotant au calme. Vous pouvez bien évidemment mettre ce que vous voulez dans cette quesadilla, mais n’oubliez surtout pas le fromage et un peu de piquant. C’est ce qui fait le charme de ce plat ! Cette recette, ravira les végétariens et ceux qui veulent quand même garder une place pour le repas. Pour qu’elle soit réussie, la farce à l’intèrieur de la quesadilla doit être hachée finement. Buen Provecho Amigos !

IMG_5406

La Focaccia from Italia to Australia

Cette semaine, c’est Chef Clément, et accessoirement mon amoureux, qui se colle à la recette. Comme vous le savez, l’homme qui partage ma vie est un amateur de bonne bouffe. Il est aussi un jeune chef talentueux qui me régale par ses recettes créatives et gouteuses. Aujourd’hui, Chef Clément nous livre sa recette « secrète » de la focaccia. Autant vous dire que je me roule par terre quand je sais qu’il la prépare. Imaginez une focaccia aérienne, moelleuse à souhait, bourrée d’huile d’olive, croustillante sur les bords … Mama Mia ! Un délice, je vous dis. Et en plus la recette n’est pas compliquée. Pétard, il a tout bon celui là ! Et puis, avouez que c’est le moment parfait pour préparer de la focaccia. L’été arrive en courant, vos copains se ramènent tous les soirs pour l’apéro, ça sent la merguez en pagaille … Bref, la focaccia sera l’alliée parfaite de vos apéros, parole de Supayummy. Je vous laisse à la recette, et quelques photos de la bête. Haha.

IMG_4467

Pour une belle focaccia :
– 550 gr de farine blanche
– 300 ml d’eau
– 1 càs de sucre
– 10 gr de sel
– 14 gr de levure instantanée
– 3 cuillères à soupe d’huile d’olive + 20cl pour la fin
– 100gr d’olives noires Taggiasche
– 1 branche de romarin
– 4 brins de thym
– 2 brins de basilic  
– 3gr de poivre moulu 

Premièrement, tamisez la farine, le sel et le sucre. 
Dans un récipient, versez 300 ml d’eau tiède (40°c) et y délayez la levure. Laissez de côté pendant 15 min.
Sur le plan de travail, versez la farine et réalisez un puits pour y versez l’eau, avec la levure ainsi que l’huile d’olive.
Pétrissez la pâte pendant 10 minutes jusqu’à l’obtention d’une pâte qui ne colle pas aux doigts (ajoutez de la farine si besoin). Abaissez le pâton, ajoutez les olives grossièrement hachées et les herbes ciselées.
Ensuite, pétrissez de nouveau 5 minutes puis réservez la pâte dans un cul de poule filmé et placez le dans un endroit tiède. Laissez lever la pâte 1 heure minimum.
Une fois que la pâte est levée, mettez la dans un moule bien huilé, puis faites des trous à l’aide de vos doigts (une dizaine de trous). Badigeonnez gracieusement d’huile d’olive et poivrez la Focaccia, puis direction le four à 220°c chaleur tournante pendant 20 à 30 minutes.
La focaccia doit sortir du four dorée sur le dessus.

IMG_4466

IMG_4458IMG_4471

Et toi là, c’est l’été (enfin presque)

Kikoo les gens ! Me voilà de retour, après un déménagement, et un changement de région avant le départ pour l’Australie. Vous me suivez ? Oui, je sais ma vie est digne d’un roman … Et je vous assure que, parfois, j’aimerais bien avoir un petit chez moi qui ne bouge pas … mais non, décidément dans la famille, on est incapable de se poser quelque part et d’y rester. Le gêne de la bougeotte, ça s’appelle. Bref, je suis pour une quinzaine de jours chez mon cher papa sur le bassin d’Arcachon. Et comme vous le savez, ou je vous l’apprends peut être, ici il fait plutôt très beau et pas mal chaud. L’air sent bon l’été et le soleil qui dure nous fait rêvasser, et nous donne envie de longues journées à rien foutre et à manger de bonnes choses. Ouais, moi c’est mon kiff à moi, le chill intensif, le petit vin qui va bien, et le barbeuc qui crépite. Toussa, toussa ! Made in soleil la zoulette. Quoi qu’il en soit, en ce weekend familial, nous décidons de sortir le BBQ, afin d’y faire griller une superbe côte de boeuf. Direction donc, le charmant marché d’Arcachon et sa petite place animée. Nous trouvons notre bonheur, chez un boucher des halles, avec une magnifique côte de boeuf à l’os de Blonde d’Aquitaine. La viande est belle, un beau rouge tendre, et le gras est d’une belle blancheur. Monsieur le boucher nous la prépare joliment, afin que nous n’ayons plus qu’à griller cette jolie pièce. Pour accompagner, une si délicieuse chair, il nous faut une bonne sauce qui contrebalance avec le bon goût de grillé. J’aime la béarnaise, cette sauce me fait vibrer. Grasse et acidulée : Alleluia ! Le combo parfait. Pour moi, la sauce béarnaise est inéluctablement, la meilleure pour accompagner une côte de boeuf grillée, digne de ce nom. Voici donc en images, la recette de MA béarnaise. Chacun a la sienne, bien sûr. Allez donc dépoussiérez Monsieur Weber et faîtes vous plaisir. L’été arrive !

IMG_4237 IMG_4241 IMG_4246