Le BO BUN au poulpe de Gomar

Honteux, c’est le mot. Je n’ai pas écrit depuis des mois. C’est moche, c’est même idiot de ma part. Mais toi même tu sais, la vie parfois … Et bien cette fois-ci j’avais plus trop envie, je me posais plein de questions sur moi, sur ce que je voulais, sur ce que j’aimerais faire. Bref, la remise en question banale après une petite crise bien destructrice. J’ai bien continué à cuisiner pourtant, à dessiner et à publier de nombreux posts notamment sur Instagram. Or, mon blog me paraissait désuet, et faiblard. J’y mets beaucoup d’amour, j’écris avec passion mais mon métier à moi c’est la bouffe, pas le graphisme et je vous avoue que de ce côté là, j’en bave un petit peu. Il me faudrait bien évidemment quelqu’un pour m’épauler, quelqu’un qui ait cette fibre artistique et graphique que je n’ai pas. Je ne perds pas espoir, non. Un jour, je suis certaine que mon blog sera tout beau comme j’aime et je serai la plus heureuse. En attendant, il est ce qu’il est. Pas vraiment bien agencé, un peu bancal, mais plein de bonnes recettes et de bons sentiments. Et visiblement, il parait que l’amour triomphe toujours sur la perfection. Je suis de ceux qui aiment les petits défauts et qui trouve le beau même dans le mignon. Quoi qu’il en soit mon amour pour la cuisine, lui n’a pas pris une ride, mes petites mains s’affairent tous les jours pour voir des sourires et entendre des « Hummmm ! » de gourmandises.

Pour mon retour, je vous propose une recette de Bo Bun au poulpe. Du coup pas vraiment Bo Bun, puisqu’il n’y a pas de boeuf, mais délicieux quand même. Et si, avec un peu de chance, l’été décide de s’installer, vous apprécierez grandement ce plat bien frais et plein de saveurs

13233449_10154232877029686_509251712_n

La petite mousse toute douce à la carotte

Une caresse sur le bout de langue ! Un truc foamy foamy qui fond dans la bouche ! Okay je me calme et je vous explique le pourquoi du comment, afin que vous n’ayez pas de pensées obscènes pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes. Il s’avère qu’un jour et bien il restait vraiment plus grand chose dans le réfrigérateur et que je devais quand même nourrir 4 estomacs gourmands. Après moultes réflexions et visionnage de la carotte sous tout ses angles (rien de sexuel non plus là dedans!), je me suis dit et pourquoi pas une petite mousse. Mais pas la mousse bien lourde qui te colle au palais, non, non ! Plutôt comme un petit nuage qui te chatouille les papilles. Et puis pour donner un peu de peps à l’ensemble : un condiment d’herbes un peu acidulé. Après dégustation, la mousse a fait son effet, tout le monde était tout mignon, tout gentil … Promis il y avait que de la carotte ahah ! A servir aux ronchons et aux tout tristes pour leur redonner un peu de sourire !

Pour 4 personnes :

– 500 g de carottes
– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
– Sel et poivre

– 3 oeufs

– Du persil
– De la coriandre
– 2 cuillères à soupe de graines de chanvre
– Un peu de zeste de citron
– 1 pincée de cumin
– 1 filet d’huile d’olive

Epluchez les carottes et coupez les en petits morceaux. Dans une casserole d’eau bouillante salée, versez les carottes et faîtes les cuire 15 minutes. Vous pouvez également les faire cuire au Cuit-Vapeur. Ensuite, mixez les carottes avec l’huile d’olive et assaisonnez la préparation.

Préchauffez le four à 180°c. Remplissez un bain marie d’eau où vous pourrez placer le plat de mousse ensuite.

Dans un mortier ou au mixeur, hachez rapidement ensemble le persil, la coriandre, les graines de chanvre, le zeste de citron, le cumin et l’huile d’olive. Réservez ce condiment pour le dressage.

Pendant ce temps, séparez les blancs des jaunes et battez les en neige. Ils doivent être bien fermes. Mélangez les jaunes à la purée de carottes refroidie, puis ajoutez avec délicatesse les blancs. Versez la préparation dans un moule recouvert de papier parchemin puis enfournez à 150°c pendant 30 minutes au bain marie. Pour vérifier la cuisson de la mousse, plantez la lame de votre couteau si celle ci ressort propre : c’est cuit ! Démoulez la mousse sur un plat, coupez de belles tranches épaisses et servir avec le condiment d’herbes.

IMG_1780 IMG_1782 IMG_1783

De quoi avoir les joues bien roses ! 

L’entre deux tranches complètement jo-bar !

La vie Montréalaise est toujours complètement folle. Je découvre vraiment une ville que je kiffe jusqu’aux bouts des doigts. C’est un réel mélange de cultures qui s’harmonisent toutes entre elles. Tellement rare de nos jours ! Je ne regrette pour l’instant que très peu la France, quoi que le beurre breton trotte tout de même souvent dans ma tête. Mais les québécois font du bon beurre, c’est juste qu’en bonne française que je suis la tartine de beurre salée est gravée dans ma peau. Ahah ! Pour mon projet professionnel, mon artiste de patron m’a demandé de trouver un autre nom à sandwich, voilà donc pourquoi j’ai intitulé cette recette « Entre deux tranches ». Ouais ça fait un peu bourgeoise des quartiers résidentiels mais il n’empêche, il a aimé l’idée. Après le nom, vient le temps de l’expérimentation ! Avec 10 $ pour 5 personnes et en achetant uniquement du bio, j’ai réussi à sortir ce sandwich fou plein de goût et de texture. Végétarien bien sûr !!

Pour 5 sandwichs ou entre deux tranches (mouahahah) :

– 10 tranches de pain ciabatta complet de 1,5 cm d’épaisseur

– 50 g de Labneh de chèvre

– 4 carottes
– Du zeste d’orange
– Un filet d’huile d’olive

– 150g de tofu ferme
– 2 cuillères à soupe de sauce soja
– 1 cuillère à soupe de sésame grillé

– 10 asperges vertes

– De la coriandre
– Des cives
– 1/2 jus de citron jaune
– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
– Sel et poivre

Pour commencer, épluchez les carottes puis avec l’économe faites des tagliatelles fines que vous mélangez avec un filet d’huile d’olive et du zeste d’orange râpé ( à doser selon votre goût).

Pour le tofu, coupez le en fines tranches de 1 cm d’épaisseur pour qu’il se tienne en cuisson. Faites le mariner avec la sauce soja pendant une petite heure, puis faites le cuire dans un poêle avec un filet d’huile. Il doit être bien doré. En fin de cuisson, ajoutez le sésame et réservez le tofu pour le montage.

Dans de l’eau bouillante, plongez les asperges vertes pendant environ 5 min selon leur grosseur. Elles doivent être encore un peu croquantes. Coupez les en morceaux de 5 cm de long.

Pour la vinaigrette d’herbes: hachez finement la coriandre et les cives puis mélangez les avec le jus de citron, l’huile et assaisonnez à votre goût.

Faites griller les tranches de pain quelques minutes au four puis effectuez le montage: une cuillère de labneh sur la première tranche de pain, puis ajoutez les tranches de tofu, puis les tagliatelles de carottes, puis quelques morceaux d’asperges, enfin ajoutez une bonne cuillère de vinaigrette d’herbes et fermez votre sandwich avec la deuxième tranche de pain et dévorez le.

IMG_1545 IMG_1546 IMG_1547

Alors ce casse-croûte ?