L’interview toquée – EATHOLA

Je trouve malheureux qu’on ne donne pas assez la parole à ceux qui font qu’un simple dîner au restaurant, devient une vraie expérience. Je vous parle ici, des gens de l’ombre, des artistes des coulisses … autrement dit les cuisiniers, les serveurs et autres sommeliers. Oui, tout ceux qui sont passionnés par leur métier. Après l’interview toquée de l’équipe très sympathique du Bloempot, je vous présente l’équipe d’EATHOLA où j’ai eu le plaisir de dîner la semaine dernière.

En cuisine, Thomas et Danni s’activent devant nous. Deux jeunes chefs passionnés qui partagent leur amour pour la bonne bouffe dans leurs tapas gourmands. L’un est français, l’autre est mexicain/espagnol et cela se ressent dans les plats d’EATHOLA. C’est plein de peps, ça pique, ça fond, ça croustille. Une belle illustration de la relève dynamique des jeunes chefs qui feront la cuisine de demain.

12736153_10153955010039686_1193786778_n

En service, Guillaume, passionné de bons breuvages et amateurs de vins natures entre autres. Le jeune homme sait de quoi il parle, aussi bien dans les plats que ses collègues proposent que dans les liquides qui accompagneront parfaitement ces petites pépites.

12696144_10153955231504686_671488819_n

Mais trêve de plaisanteries, voyons qui se cache derrière cette équipe de joyeux lurons.

Alors les garçons, c’est quoi votre « guilty pleasure » ?
Thomas : Une boîte de maïs avec du thon, et j’assume. C’est vraiment trop bon.
Danni : Une poutine bien grasse avec du fromage qui grince sous la dent comme à Montréal.
Guillaume : Le Croque-Monsieur de fin de soirée et le beurre de cacahuètes.

Le plat du dimanche par excellence ?
Thomas : Si je me chauffe, gnocchi/daube entre potes. Une valeur sûre.
Danni : Le traditionnel poulet rôti au four, avec les petites patates cuites dans le jus et la peau dorée qui croustille.
Guillaume : Des ravioles avec une petite sauce aux champignons, mais je me les dévore en traître.

Le vin ou la bière entre potes ?
Thomas : La cuvée des Trolls avec mes potes riders.
Danni : Ah pour moi, une Estrella bien fraîche en terrasse avec beaucoup de soleil si possible.
Guillaume : Du vin bien entendu. J’aime vraiment le Beaujolais Fleurie d’Yvon Métras. Un petit vin nature comme je les adore.

EATHOLA, c’est quoi pour vous ?
En coeur : Eathola, c’est du bonheur partagé et à partager. La simplicité de l’ambiance qui se veut détendue, avec une cuisine travaillée et savoureuse en face des chefs, et un service personnalisé aux petits oignons.

Coup de coeur musical et gustatif du moment ?
Thomas : Je me vois bien écouter James Brown en dévorant la crème catalane.
Danni : Les Chicken Wings Kimchi avec Can’t stop des Red Hot dans les oreilles. L’accord parfait !
Guillaume : La présa ibérique en écoutant Bon entendeur – Cluzet.

12735934_10153955010384686_1160311535_n

Grand Merci à toute l’équipe d’EATHOLA pour cet interview toquée. C’était vraiment chouette !

DES TAPAS TOUT EN HAUT DE LA MONTAGNE

Je suis depuis quelques mois en saison, dans une charmante petite station suisse : Verbier. Pour ceux qui me suivent sur Instagram, vous n’avez, sans doute, pu échapper au florilège de paysages enneigés et d’émerveillement autour de la neige. Effectivement, par ici c’est plutôt joli, et surtout bien construit. Des chalets en veux-tu en voilà, qui confère une douce atmosphère à ce petit village d’irréductibles Valaisans. Bien entendu, en tant qu’estomac sur pattes, mes premières questions furent au sujet de la ripaille et du bon liquide. Et comme je suis un peu chanceuse, il paraît qu’un des très bons restaurants de Verbier se trouve sur mon lieu de travail : le W ! Rendez-vous pris à EATHOLA, restaurant de tapas développé par Sergi Arola, grand chef espagnol. Le concept est simple : une cuisine ouverte et des tables hautes devant les chefs pour en avoir plein les mirettes et plein le museau. Nous sommes installés devant les chefs Thomas et Danni, et Guillaume s’occupe de nous pour le vin et le service. Chez EATHOLA, on aime bien partager et manger plein de petites choses différentes préparés à la minute par les chefs.

12736008_10153955009884686_354631823_n

Pour commencer l’incontournable Pan con tomate, que tout bon bar à tapas se doit de servir. C’est simple, mais ça fait toujours son petit effet. Le pain est croustillant, et la salsa de tomate bien aillée. Un filet d’huile d’olive, un peu de sel et zou dans la bouche. 

12736148_10153955009949686_251381231_n 12714018_10153955009909686_263142372_n

Ensuite, la tortilla et las patatas bravas s’offrent à nous dans une version revisitée. Pour la tortilla, c’est un cube de pomme de terre confite dans une huile aromatique, puis frite. Elle est garnie d’une compotée d’oignons et sur le dessus « un oeuf moléculaire ». En bouche c’est une explosion de saveurs et de textures. Pour las patatas bravas, même principe que la tortilla avec la pomme de terre confite mais cette fois ci surmontée d’un aïoli crémeux et piquant. 

12746044_10153955009994686_1918952781_n

Viennent ensuite, les petites sardines au vinaigre comme des boquerones. Elles sont accompagnés d’une émulsion d’huile d’olive, d’une poudre d’olives noires, de chips de pain et de coeur de tomates. En un coup de fourchette, je me croirais en plein mois d’août dans une rue de Barcelone. C’est juteux, c’est doux et ce coeur de tomate donnent un coup de fraîcheur au plat.

12735575_10153955009969686_1019479413_n

Arrive alors, le fameux taco de cochinita dont Danni nous a tant parlé. Il s’agit d’un taco de farine de maïs farci de cochon braisé effiloché, d’oignons finement coupés et marinés et d’un peu de coriandre. Une tuerie ! On sent que la cochinita a cuit de nombreuses heures. Elle est fondante et absolument savoureuse. Autant dire que je me serais bien fait le taco toute seule héhé.

12721821_10153955010104686_1726368486_n

Ensuite des parpadelles à l’encre de seiche, avec des supions juste sautés, une crème de zeste de citron, et une petite fondue de légumes du soleil. Les supions sont cuits à la perfection, la crème de citron apporte du peps et de la rondeur au plat. C’est délicieux !

12735592_10153955010159686_746255963_n

Il est temps d’utiliser ces doigts, avec ces petites ailes de poulets à la marinade kimchi. C’est pimenté comme j’aime, on se lèche les doigts entre deux ailes, et on finit le plat aussi vite qu’il est arrivé. Ah si KFC faisait des wings comme ça !

12714024_10153955010229686_1509688803_n

Vient ensuite un de mes coups de coeur du dîner, des éclats de Saint Jacques snackées servis avec des gnudi qui sont des gnocchi de ricotta compressée et une émulsion safranée. Les textures et les goûts sont à tomber par terre, une harmonie de saveurs. Mention spéciale aux gnudi que je n’avais jamais gouté auparavant.

12714014_10153955010324686_335071137_n

Puis la presa ibérique s’invite à notre table accompagnée d’une purée de chou-fleur rôti et d’un bok choy braisé. Ce plat est une valeur sûre, la presa est fondante et tendre à souhait et cette purée de chou-fleur, une petite merveille.

12735716_10153955010349686_965533737_n

Et enfin, et pour terminer en beauté, les ravioles de daube de queue de boeuf qui sont servies avec une sorte de condiment épicé de piquillos et d’ananas. Ca sent bon le sud, c’est gouteux et j’en aurais bien manger un plat entier.

12714208_10153955010409686_1297721828_n

En dessert, on nous propose l’emblématique crème catalane revisitée. Une crème au biscuit Maria, une mousse de crème catalane et un sorbet mandarine enveloppée d’une fine couche de sucre caramélisé. La totale quoi ! On plonge la cuillère jusqu’au fond et on remonte jusqu’à la bouche. Petit paradis d’onctuosité.

12736157_10153955010209686_1666043954_n

Pour nous aider à faire glisser tout ça, nous avons été accompagnés d’un Beaune Champs-Pimont Premier Cru 2011 pendant notre repas. Une vraie découverte du Domaine Jacques Prieur. Ce bourgogne offre une vraie puissance aromatique, des notes de fruits rouges tels que le cassis ou la mûre sans être trop fruité. A la degustation, il s’avère même un peu épicé. J’en suis tombée amoureuse !

12735980_10153955009709686_74574413_n

Pour résumer, si vous êtes dans les parages et que vous souhaiter vous faire plaisir, il serait fort dommage de passer à côté de l’expérience EATHOLA. Certes, les prix sont assez élevés comme c’est souvent le cas en station, mais l’expérience en vaut le coût. Nous nous sommes régalées et j’ai été très agréablement surprise par la qualité des produits et l’inventivité des tapas proposés. EATHOLA, une adresse à tester sur Verbier.

12735934_10153955010384686_1160311535_n

EATHOLA
W VERBIER
70, rue de Médran
1936 VERBIER